L’Asie, l’autre continent du ski

En février 2018, la ville de Pyeongchang en Corée du Sud a accueilli les Jeux Olympiques d’hiver, avant de transmettre le flambeau à la ville de Pékin en Chine, du 04 au 22 février 2022 !

Deux évènements majeurs vont, à l’image des trois Olympiades françaises, Chamonix 1924, Grenoble 1968 et Albertville 1992, qui bouleversent l’économie hivernale de cet autre continent du ski qu’est l’Asie.

À travers ce dossier de presse, nous vous proposons de faire un tour d’horizon du ski en Asie, avec un panorama du développement du ski au Japon (berceau du ski en Asie), en Corée du Sud (un modèle du ski « Made in Asia »), en Chine (le nouveau « hot spot » du ski), et enfin en Inde (possible grande destination du ski demain).

Depuis les prémices du développement du ski commercial en Asie dans les années 70, la montagne française, fédérée autour de France Neige International puis du Cluster Montagne, a toujours accompagné le développement des sports d’hiver sur ce continent, afin de faire de la France le premier pays partenaire de l’Asie en termes de développement du ski.

PANORAMA DES SPORTS D’HIVER EN ASIE

Le formidable engouement régional pour les sports d’hiver
Les conjonctures socio-économiques prospères de ces dernières décennies en Asie ont permis un boom de l’économie des loisirs et du tourisme, deux notions auxquelles les ménages asiatiques semblent accorder une part grandissante de leur temps et de leur argent, en réponse à l’hyperactivité et au stress des grands centres urbains régionaux. L’intérêt porté à la montagne et ses atouts se répand de façon spectaculaire depuis une vingtaine d’années en Asie, grâce d’une part à la visibilité accordée par les mouvements olympiques successifs, et d’autre part au soutien de plans promotionnels gouvernementaux d’envergure. Véhiculant l’image d’un mode de vie sain, les sports d’hiver séduisent massivement les jeunes générations avides de nouvelles sensations.

L’organisation d’évènements internationaux : la pierre angulaire du développement touristique de montagne
L’organisation successive d’Olympiades hivernales sur le continent asiatique (Sapporo 1972, Nagano 1998, Pyeongchang 2018, Pékin 2022) introduit, puis démocratise le tourisme de montagne en Asie. Des pays tels que le Japon, la Corée du Sud ou la Chine se dotent pour l’occasion d’infrastructures variées et performantes, rendant attractives les pratiques sportives hivernales telles que le ski. Le développement parallèle de l’urbanisme de montagne et des loisirs « 4 saisons » donne naissance à des stations de standards internationaux, très convoités par une clientèle régionale comme internationale. Ces stations de nouvelle génération, sur le devant de la scène des évènements sportifs internationaux, participent à la montée en puissance des sites, des pratiques et des pratiquants sur l’ensemble du continent.

La vision à long terme du “Hub” asiatique pour le développement des sports d’hiver de montagne

Par la modernisation et la diversification de leur offre touristique de montagne, soutenues par l’organisation d’événements sportifs internationaux, les acteurs asiatiques du secteur démontrent clairement leur volonté commune d’imposer l’Asie comme un centre mondial des sports d’hiver et des loisirs de nature. La concurrence saine, qui se met en place actuellement entre les massifs asiatiques, offre de formidables opportunités commerciales aux entreprises de la montagne françaises, qui cherchent des relais de croissance à l’export.

Cette dynamique de développement sectoriel partagée profite également à l’économie régionale, et devient à la fois le vecteur d’un fort dynamisme économique (tourisme, services, industrie) et d’une création massive d’emplois.

Un avenir prometteur attend la filière asiatique de la montagne à l’aube des deux prochaines Olympiades hivernales

(Pyeongchang 2018 et Pékin 2022). Le potentiel d’évolution « Montagne & Loisirs Nature » est considérable.

Les partenariats gagnants-gagnants actuellement mis en place, notamment par le Cluster Montagne, visent à accélérer le développement des acteurs de la filière française de l’aménagement touristique de la montagne en Asie, tout en permettant également l’émergence de nouveaux pratiquants de ski et sports de nature, qui viendront avantageusement compléter le volume de clientèle de nos stations françaises.

LES PRINCIPAUX MARCHES DU TOURISME HIVERNAL EN ASIE

Le Japon

Une terre de ski :
Avec 70 % de son territoire couverts par des montagnes, des cumuls de neige considérables et 547 stations réparties sur l’ensemble de l’archipel, le Japon jouit d’une forte attractivité touristique hivernale. Il est considéré depuis un demi-siècle comme LE pays du ski en Asie.

La démocratisation des pratiques sportives hivernales au Japon fut lancée par l’organisation des Olympiades hivernales de Sapporo en 1972, qui servirent de vitrine pour le monde de la qualité et de la modernité du parc montagnard japonais.

Le marché des sports d’hiver a ensuite connu un dynamisme spectaculaire dans les années 70-80 et 90 (constructions, agrandissements, modernisation), devenant même sur cette période le premier marché mondial du ski (pic de 70 millions de journées-skieurs en 1990).

Les atermoiements du ski à la fin des années 90 :
L’importante crise économique japonaise à la fin des années 90 impacta l’économie touristique hivernale. La chute des marchés immobilier et boursier, la forte récession économique, la perte de pouvoir d’achat des ménages et la diminution des investissements touchèrent tous les secteurs et notamment le tourisme. D’autres facteurs comme le vieillissement de la population japonaise et le boom d’internet dans le pays à cette époque contribuèrent également à affaiblir la « dynamique ski » au Japon.

Le renouveau du ski au Japon :
Nonobstant ces difficultés, bien que la fréquentation soit moindre que dans les années 1990, les activités du secteur de la montagne reprennent de la vigueur depuis une dizaine d’années, en raison des efforts conjoints des acteurs privés et publiques pour revitaliser le secteur :

Hausse significative des investissements nationaux ;

Développement de grands projets immobiliers (construction de deux “Villages Club Med” sur l’île d’Hokkaïdo :

stations de Tomamu et Sahoro) ;

Développement des liaisons inter-stations ;

Regroupements associatifs de stations (concept “Skizernet” et Pass Hokkaïdo International) ;

Plan promotionnel gouvernemental : instauration d’un jour férié (Yama No Hi ou « Mountain Day ») consacré à la découverte des activités de montagne ;

Ski gratuit pour les enfants de moins de 10 ans.

Cette reprise est également le fruit d’un repositionnement récent vers une offre touristique montagnarde « 4 saisons », lié à des conjonctures économiques et politiques favorables. Les pionniers japonais de l’industrie touristique de montagne se reconstruisent un avenir prometteur, en témoigne l’attraction grandissante d’une clientèle internationale (10 % de la fréquentation) aux profils variés, principalement en provenance des pays asiatiques avoisinants (3/4 des touristes), d’Australie, d’Europe et des Amériques.

La Corée du Sud

Une offre de ski singulière :
La région nord-est de la Corée du Sud, nommée Gangwon-Do, possède une longue histoire et un fort potentiel en matière de tourisme de montagne (84 % de relief dans la préfecture de Pyeongchang). 16 des 18 stations sud-coréennes sont équipées aux standards internationaux et proposent, en plus de domaines skiables dernière génération, des activités récréatives d’extérieur et d’intérieur en toutes saisons (golfs, parcs aquatiques, centres commerciaux, itinéraires de randonnée thématiques, pistes de vélo…). Plusieurs de ces complexes sont ouverts 24 heures sur 24, afin de satisfaire les touristes nationaux avides de pratiques multi-loisirs.

Le ski et les phénomènes de mode de la « Korean Wave » :
Le secteur s’est fortement développé dans la région du Gangwon-Do jusqu’au milieu des années 90, avant de ralentir en raison de la crise économique de 1998. Grâce aux grandes modernisations des infrastructures et aux efforts promotionnels du gouvernement pour attirer une clientèle étrangère (10 % de la clientèle en 2016/2017), l’activité hivernale se maintient.

De nouvelles tendances de loisirs se dessinent avec les sports de raquettes ou les jeux vidéo, mais les autorités investissent pour que les stations de nature et bien-être demeurent des destinations phares, en hiver comme en été. Ces incitations, ainsi que l’engouement national autour de la nature et des loisirs sportifs, sont essentiels pour pérenniser et développer l’activité.

Les JO de Pyeongchang 2018 comme vecteur de grandes opportunités :
L’organisation des JO d’hiver de Pyeongchang 2018 est une opportunité unique pour le pays de dynamiser le ski auprès de sa population (6 % pratiquent le ski actuellement) et accélérer la fréquentation des stations de montagne, en démontrant et en valorisant la qualité de ses sites naturels, la modernité de ses infrastructures, la variété de son offre touristique, ainsi que ses capacités d’accueil.

Les objectifs gouvernementaux dans la vison post–JO :
Développer Pyeongchang comme ville du sport et assurer le développement économique de la région de manière générale ;

Entretenir et utiliser au mieux les infrastructures mises en place à l’occasion des JO (délégation à des acteurs internationaux) ;

Développer le tourisme de nature et culturel dans la région du Gangwon-Do.

 

La Chine

Un contexte socio-économique favorable au développement de l’économie touristique :
Le tourisme connaît un réel dynamisme depuis les années 2000 en Chine : le boom économique a permis la hausse du niveau de vie national (+ 11% de pouvoir d’achat entre 2002 et 2009), avec l’émergence d’une vaste classe moyenne (110 millions de personnes en 2015) et donc une démocratisation des loisirs (augmentation annuelle de 10 % pour les dépenses consacrées aux loisirs entre 2000 et 2010).

La démocratisation des sports d’hiver :
La pratique des sports d’hiver, et plus particulièrement du ski, génère un engouement national depuis l’organisation des Jeux Asiatiques d’hiver en 2008 à Yabuli (nord-est). Bien qu’il n’existe pas encore de réelle culture du ski en Chine et que 80 % des skieurs soient débutants, les Chinois d’âge moyen (25-40 ans) se passionnent pour ces sensations nouvelles. En témoigne la fréquentation des stations chinoises multipliée par 3,5 depuis 2006 (15 millions de journées skieurs en 2015/2016). Le nombre de skieurs chinois est actuellement estimé à environ 10 millions et suit une courbe de croissance constante depuis 2015. Les experts s’accordent à dire que ce nombre atteindra 40 millions d’ici 2022. Les chiffres officiels parlent eux de 120 millions de skieurs à la même échéance. « Il y a 125 millions de skieurs dans le monde, la Chine offre l’opportunité de doubler ce marché » précise Laurent VANAT, consultant spécialisé.

Une volonté de développement soutenue par le gouvernement :
Les acteurs chinois de la filière montagne s’efforcent de construire des domaines skiables de dernière génération, sur le modèle des grands complexes occidentaux. Pour cela, les Ministères de la Culture et des Sports consacrent 9 % de leurs budgets annuels à l’aménagement des sites de montagne. Ceux-ci sont principalement localisés dans le nord-est et le grand ouest montagneux du pays, ainsi que dans la région du Hebei située en périphérie de Pékin. Il existe aujourd’hui en Chine environ 250 stations, dont 15 sont équipées aux standards internationaux (ex : Thaïwoo, Wanlong, Yabuli, Songua Lake, Beidahu, Wanda Changbaishan…).

Une demande exigeante :
La demande pour des activités 4 saisons et des services annexes est une tendance forte, afin de satisfaire des touristes toujours plus exigeants. Le ski ne représente qu’un tiers de leurs activités, au-delà du ski les touristes chinois en stations veulent se divertir, se cultiver, se baigner, visiter, acheter,…

L’horizon Pékin 2022 :
La préparation des Jeux Olympiques d’hiver est l’occasion pour la Chine de moderniser, d’agrandir et de diversifier son parc montagnard, en mettant l’accent sur l’aménagement de la montagne, les services et activités extra-ski, ainsi que sur la mise en valeur du milieu naturel.

A l’image des Jeux Olympiques de Grenoble, les Jeux Olympiques de Pékin vont être « la première pierre » à l’édification d’un Plan Tourisme Montagne chinois, permettant l’émergence des sports et loisirs de nature pour l’ensemble de la Chine.

Grâce à cette volonté politique et aux investissements qui l’accompagnent, la Chine est en passe de construire une industrie touristique de montagne diversifiée et haut de gamme. Plus vaste que celle de ses concurrents et voisins asiatiques, elle devrait lui permettant d’attirer une clientèle nationale et internationale.

Les ambitions chinoises sont grandes, car en réussissant l’organisation des JO 2022, la Chine pourrait s’affirmer comme un acteur majeur des sports d’hiver sur la scène internationale.

Indéniablement, les JO de Pékin 2022 devraient marquer le début de l’ascension du pays vers une place de leader du tourisme des sports de nature en Asie, voire au niveau mondial à plus long terme.

L’Inde

Un tourisme de montagne naissant :
L’Inde ne connaît pas encore l’explosion de l’économie des loisirs (comme celle de la Chine décrite précédemment), pour autant les indiens manifestent une certaine attirance vers les activités de montagne et plus particulièrement le ski. Les états du nord-ouest de l’Inde (Uttarakhand, Himachal Pradesh, Jammu & Cachemire) situés sur les contreforts de l’Himalaya abritent des massifs montagneux parmi les plus beaux et plus élevés du monde. L’Himalaya et ses pentes légendaires séduisent ainsi de plus en plus de touristes en quête de dépaysement (200 000 journées skieurs en 2015/2016).

Des infrastructures modestes mais en développement :
Les 22 remontées mécaniques installées dans les 15 stations indiennes sont modestes et n’ont pas beaucoup évolué depuis leur installation au début des années 90. Certains acteurs locaux tentent néanmoins de développer des sites plus modernes, comme les stations de Gulmarg, Auli ou de Manali (Jammu & Cachemire). Pour les appuyer, de multiples échanges commerciaux, scientifiques et culturels se mettent en place avec des experts français de l’aménagement de la montagne.

Des projets ambitieux à venir :
Dans les années 2000, le vaste projet « Himalayan Ski Village » de Manali (état de l’Himachal Pradesh) avait nourri toutes les spéculations sur l’avenir du tourisme de montagne en Inde. Ce vaste programme d’aménagement n’a jamais vu le jour, mais a marqué une nouvelle étape dans la vision du tourisme de montagne en Inde.

Les pionniers de la montagne indienne s’interrogent aujourd’hui sur la nécessité de lancer des projets d’aménagement de grande envergure. Porté par le gouvernement indien et/ou les autorités des états de montagne et/ou des investisseurs privés, de nouveaux projets de stations aux standards internationaux devraient voir le jour dans les années à venir et être le déclic d’une impulsion sans précédent du tourisme de montagne en Inde.

Un marché à fort potentiel à surveiller :
Bien qu’encore à un stade embryonnaire, le marché indien offre de grandes perspectives de développement à moyen et long termes. Avec sa densité de population (1,2 milliard d’habitants), la constante croissance du niveau de vie moyen (+ 25 % de hausse des salaires entre 2005 et 2015) et l’apparition d’une culture des loisirs, l’Inde a de quoi faire émerger une demande massive et solvable.

Tout reste donc à faire en Inde et la filière de la montagne française est plus que jamais attentive à l’évolution de ce marché à très fort potentiel.

C’est dans ce contexte prometteur qu’auront lieu, au mois de mai 2018 à Delhi, les « Premières Rencontres Franco- indiennes de la Montagne », organisées par le Cluster Montagne.L’Inde

Un tourisme de montagne naissant :
L’Inde ne connaît pas encore l’explosion de l’économie des loisirs (comme celle de la Chine décrite précédemment), pour autant les indiens manifestent une certaine attirance vers les activités de montagne et plus particulièrement le ski. Les états du nord-ouest de l’Inde (Uttarakhand, Himachal Pradesh, Jammu & Cachemire) situés sur les contreforts de l’Himalaya abritent des massifs montagneux parmi les plus beaux et plus élevés du monde. L’Himalaya et ses pentes légendaires séduisent ainsi de plus en plus de touristes en quête de dépaysement (200 000 journées skieurs en 2015/2016).

Des infrastructures modestes mais en développement :
Les 22 remontées mécaniques installées dans les 15 stations indiennes sont modestes et n’ont pas beaucoup évolué depuis leur installation au début des années 90. Certains acteurs locaux tentent néanmoins de développer des sites plus modernes, comme les stations de Gulmarg, Auli ou de Manali (Jammu & Cachemire). Pour les appuyer, de multiples échanges commerciaux, scientifiques et culturels se mettent en place avec des experts français de l’aménagement de la montagne.

Des projets ambitieux à venir :
Dans les années 2000, le vaste projet « Himalayan Ski Village » de Manali (état de l’Himachal Pradesh) avait nourri toutes les spéculations sur l’avenir du tourisme de montagne en Inde. Ce vaste programme d’aménagement n’a jamais vu le jour, mais a marqué une nouvelle étape dans la vision du tourisme de montagne en Inde.

Les pionniers de la montagne indienne s’interrogent aujourd’hui sur la nécessité de lancer des projets d’aménagement de grande envergure. Porté par le gouvernement indien et/ou les autorités des états de montagne et/ou des investisseurs privés, de nouveaux projets de stations aux standards internationaux devraient voir le jour dans les années à venir et être le déclic d’une impulsion sans précédent du tourisme de montagne en Inde.

Un marché à fort potentiel à surveiller :
Bien qu’encore à un stade embryonnaire, le marché indien offre de grandes perspectives de développement à moyen et long termes. Avec sa densité de population (1,2 milliard d’habitants), la constante croissance du niveau de vie moyen (+ 25 % de hausse des salaires entre 2005 et 2015) et l’apparition d’une culture des loisirs, l’Inde a de quoi faire émerger une demande massive et solvable.

Tout reste donc à faire en Inde et la filière de la montagne française est plus que jamais attentive à l’évolution de ce marché à très fort potentiel.

C’est dans ce contexte prometteur qu’auront lieu, au mois de mai 2018 à Delhi, les « Premières Rencontres Franco- indiennes de la Montagne », organisées par le Cluster Montagne.

LES ENTREPRISES FRANÇAISES DANS L’AMÉNAGEMENT DES STATIONS ASIATIQUES : PLUS DE 40 ANS DE PRESENCE… ET D’AVENIR !

  1. A) La montagne française : une expérience et une expertise uniques d’aménagement

Avec plus d’un siècle d’histoire dans le développement des stations de montagne, la France dispose aujourd’hui d’une expérience et d’une expertise uniques au niveau mondial. L’organisation successive de 3 Olympiades hivernales sur le territoire français a permis à l’ensemble des acteurs de la filière française de l’aménagement touristique de la montagne de toujours garder un temps d’avance.

Alors que les JO de Chamonix en 1924 ont célébré l’avènement du tourisme hivernal, les JO de Grenoble en 1968 ont démocratisé les sports d’hiver. Quant aux JO d’Albertville en 1992, ils ont prôné un modèle touristique basé sur la qualité des sites et des services à une échelle internationale.

  1. B) L’expertise sectorielle rassemblée au sein du Cluster Montagne

Leader mondial des sports d’hiver avec les Etats-Unis et l’Autriche, la France a la particularité d’avoir fédéré l’ensemble de son expertise liée à l’aménagement touristique de la montagne dans une structure unique : le Cluster Montagne – www.cluster-montagne.com

En effet, depuis les années 70, les acteurs de l’aménagement de la montagne française, unis d’abord au sein de France Neige International puis du Cluster Montagne, partagent leur savoir-faire dans le domaine du tourisme de montagne sur tous les continents.

Les domaines d’expertises d’excellence de la montagne française sont : l’urbanisme et l’architecture, l’aménagement de la montagne hivernale et estivale, les risques naturels, l’environnement, la gouvernance et les politiques publiques, l’exploitation des sites, la formation professionnelle, les grands évènements sportifs internationaux…

C’est notamment grâce à cette offre variée, fédérée, innovante et internationale que les entreprises françaises affirment leur spécificité, et se démarquent de la concurrence américaine, autrichienne et italienne.

  1. C) La présence du Cluster Montagne et des entreprises de la montagne française en Asie

Traditionnellement, les acteurs asiatiques des sports d’hiver font appel à des savoir-faire extérieurs, afin de bâtir des infrastructures de sports d’hiver performantes.

Le Cluster Montagne et les entreprises françaises de l’aménagement touristique de la montagne accompagnent le développement des stations de sports d’hiver en Asie depuis les années 70, et ce en toute saison.

Le Japon a été la première vitrine de la montagne française en Asie, avant que cette place ne soit prise par la Corée du Sud dans les années 1990. Aujourd’hui, c’est la Chine qui occupe cette place de « showroom » avec la présence de plus de 40 entreprises françaises de la montagne et d’innombrables réalisations sur toutes les stations de sports d’hiver en développement.

Quelques exemples de contrats franco-chinois d’envergure : Le groupe POMA, leader mondial des transports par câbles est implanté en Chine depuis 1988, où il réalise 25 % de son chiffre d’affaires. Début 2017, le groupe a annoncé la signature d’un contrat pour l’équipement de la future station olympique chinoise Thaïwoo, avec une quarantaine de remontées mécaniques, pour un montant de 200 M€ sur cinq ans.

Le groupe industriel français MND apporte des solutions adaptées aux sites touristiques chinois grâce à son offre globale unique regroupant le transport par câble, l’enneigement, les équipements de sécurité et les loisirs outdoor. Avec une présence locale renforcée et un partenariat stratégique avec la société d’Etat chinoise CCZMM, MND réalise désormais 15% de son chiffre d’affaire et mène des projets emblématiques tel l’équipement de la station historique et pionnière de Wanlong au cœur de la zone olympique, le développement du site vierge de Snowland qui sera une station innovante à quelques kilometres de Pékin, ou encore l’aménagement de sites touristiques de plein air multiactivités « à la française » au sud de la Chine !

Quelques exemples de réalisations

En Chine :

ABEST est une société d’ingénierie d’aménagement de la montagne toutes saisons, conception des domaines skiables, viabilisation des espaces urbanisés, neige de culture, ressources et retenues d’eau d’altitude, stades sportifs internationaux et sites olympiques, infrastructures routières, concepts paysagers et environnementaux, maquettes multimédia 3D.

– Participation au concours international de conception du centre olympique nordique Pékin 2022 : biathlon, saut, combiné nordique et ski de fond, 200 ha aménagés dont 1⁄4 temporaires pour accueillir plus de 40 000 spectateurs. – Reconfiguration complète de la station de Changchengling, région de Chongli afin de développer le ski touristique et concevoir un centre national d’entraînement de ski « freestyle », half-pipe, bosses, saut acrobatique, slope-style, ski et snowboard cross.

500 ha aménagés, 6 remontées mécaniques TSD ou TC + 3 remontées mécaniques téléski ou tapis, 20 kms de pistes.

Compagnie des Alpes (CDA) est impliquée depuis plusieurs années sur les marchés asiatiques via sa filiale CDA Management. Forte de son expérience de leader mondial dans le développement et l’exploitation de stations de ski (11 stations prestigieuses en France), CDA met son savoir-faire unique et son expertise à disposition des grands pays émergeants du ski, sous des formes de collaboration variées.

En Chine, le groupe est présent via sa structure locale CDA Beijing. Nous nous sommes rapidement implantés sur ce marché en forte croissance et avons acquis une connaissance fine des acteurs de l’industrie du ski chinoise, et des challenges pour la profession. Nous y répondons de façon pragmatique en diffusant les meilleurs standards internationaux, à travers des missions de master planning (dans le Xinjiang notamment, berceau du ski), des missions d’assistance à l’exploitation et de coaching dans la région olympique de Chongli (à Thaiwoo notamment), ou encore d’accompagnement du projet de site olympique de Yanqing (centre alpin et bobsleigh des JO de Pékin 2022).

Nous développons enfin en Chine, avec succès, notre école de ski et de loisirs outdoor alliant les exigences du standard français d’enseignement et les attentes spécifiques d’une clientèle chinoise à la recherche de style, de fun et d’apprentissage rapide et sûr.

– Construction du village Club Med, Dashuigou (Maoxian Sichuan). – Master Plan et extension de Vanke Lake Songhua Resort.

DGA, agence d’urbanisme et d’architecture française, figure parmi les leaders

mondiaux pour ses réalisations de référence en matière de stations intégrées de montagne

et plus généralement d’architecture touristique.

Présidée par Pierre DIENER, DGA est présente en Asie depuis trois décennies, notamment

au Japon et en Chine, où plusieurs projets sont en cours, en particulier sur le site de

Chongli, où se dérouleront les futurs Jeux Olympiques de 2022.

Ecomonta, société du groupe ATM, accompagne les projets d’aménagement de tourisme et loisirs des territoires de montagne. Les premières actions en Chine ont été menées en 2011, marché sur lequel le groupe est fortement actif depuis 5 ans.

– Hailuogou, Sichuan : conception d’un Master Plan tourisme et loisirs 4 saisons. – Master Plan pour la conception et la réalisation d’une station de ski 4 saisons Dushan County (province du Heibei).

MDP assure une stratégie à moyen et long terme, avec l’établissement d’une structure DP/Altiplanning en Chine, qui lui permet de traiter des projets d’envergures très diverses, mais aussi une présence annuelle lors du salon Alpitec China depuis la première édition en 2009.

– ChongLi et Laiyuan County (province du Heibei) : développement quatre saisons – 2011. – TianNü town sports valley ski resort (province de Quinhuangdao) : plan d’aménagement technique du domaine skiable – 2017. – SnowLand (Province du Heibei) : Master Plan complet du domaine skiable – 2017.

Le groupe industriel MND conçoit, fabrique et installe des solutions afin de développer des sites de loisir et de sport d’hiver, ainsi que faciliter la mobilité grâce au transport par câble. MND est un groupe français qui connait une croissance annuelle organique à deux chiffres, et un fort succès à l’international où il réalise 2/3 de ses ventes. Ses quatre domaines d’expertise (enneigement, sécurité, loisir à sensation et transport par câble) sont présents en Asie et particulièrement en Chine.

– Via LST, la filiale transport par câble du groupe MND : installation clé en main de remontées mécaniques téléportées en Chine pour équiper des sites de loisirs en montagne, région de Chongli, région de Guizhou. Via Sufag, la filiale enneigement du groupe MND : premier système d’enneigement automatique, qui sera opérationnel pour la saison 2018-2019, permettant une production optimisée de neige, avec près de 400 enneigeurs sur la station pionnière et leader de Chine, Wanlong.

– Via Techfun, filiale loisir outdoor du groupe MND : réalisation de la Via ferrata des falaises calcaires de Anlong, la plus impressionnante de Chine et la première équipée du système de ligne de vie continue, qui connaît un fort succès touristique avec ses parcours enfant et adulte sur près de 800 m ; ou encore réalisation du Skywalk de Macau Tower, belvédère touristique mêlant adrénaline et vue panoramique, à Macao.

Géode fête cette année ses 30 ans d’expérience dans l’aménagement de domaines skiables et d’activités touristiques en montagne. Née au cœur des Alpes françaises, au pied de stations de ski de renommée internationale, Géode exporte aujourd’hui son savoir-faire sous d’autres latitudes.

L’année 2018 sera plus que jamais tournée vers le continent asiatique et notamment la Chine. 30 ans après avoir accompagné l’aménagement des sites olympiques des JO d’Albertville de 1992, nos experts ont l’honneur de participer à la conception du site des épreuves de ski alpin des JO de Pékin 2022.

– Yanqing : assistance technique pour l’aménagement du site des épreuves de ski alpin des Jeux Olympiques de Pékin 2022. Master plan pour l’exploitation du site de Yanqing post-JO.

– Thaiwoo : études techniques pour l’optimisation du domaine skiable.

Réalisation d’un master plan des activités non-ski (été et hiver).

– Tian Shan : master plan détaillé pour la création d’une nouvelle destination touristique en montagne.

POMA, leader du transport par câble, propose des solutions de mobilité douce et durables sur les cinq continents. Depuis 80 ans, POMA innove et apporte son savoir-faire et sa maîtrise dans les domaines des transports urbains, de la neige, du tourisme, des sciences et de l’industrie.

POMA réalise 77 % de son chiffre d’affaires à l’export (CA POMA 2016 : 343 M€) dont 80 M€ annuel en Chine, l’un des plus importants marchés exports où POMA est implantée depuis 1988 POMA avec la construction d’une télécabine sur la très célèbre Muraille de Chine.

Afin de permettre davantage de flexibilité dans le service aux clients, notamment en support technique des exploitants, POMA a créé il y a 10 ans la filiale POMA Beijing (100 collaborateurs).

– Sur un site classé au Patrimoine de l’UNESCO, la télécabine POMA de HUASHAN transporte touristes et pèlerins pour une expérience de voyage unique de 4,2 km à travers les montagnes jaunes -dont des portées longues de 600 mètres sans pylône- et qui s’achève dans une gare souterraine à 2120 mètres d’altitude.

– Les 8 millions de visiteurs annuels du parc mythique de CHIMELONG ont désormais l’opportunité de survoler les 20 000 animaux sauvages, depuis des cabines POMA d’inspiration safari, ouvertes sur l’extérieur pour une immersion totale.

En Corée :

POMA, leader du transport par câble, propose des solutions de mobilité douce et durables sur les cinq continents. Depuis 80 ans, POMA innove et apporte son savoir-faire et sa maîtrise dans les domaines des transports urbains, de la neige, du tourisme, des sciences et de l’industrie. POMA réalise 77 % de son chiffre d’affaires à l’export (CA POMA 2016 : 343 M€). Afin de permettre davantage de flexibilité dans le service aux clients, notamment en support technique des exploitants, POMA a récemment ouvert une filiale en Corée.

YEOSU, haut lieu touristique, une télécabine POMA permet de traverser un bras de mer sur 1,5 km pour relier une île majestueuse, de jour comme de nuit.

En Inde :

MDP assure la présence de son équipe de consultants et d’ingénieurs en Asie depuis de nombreuses années. C’est ainsi que, au-delà des affaires traitées sur tout le continent, avec en particulier des clients en Chine, en Inde, au Népal et aux Philippines, MDP intervient en tant que membre expert lors de conférences de l’Organisation Mondiale du Tourisme au Japon en février 2018.

Gulmarg : homologation de la piste « Mary Shoulder » pour l’organisation d’un évènement FIS de ski alpin – 2013.

Au Japon :

Compagnie des Alpes (CDA) est impliquée depuis plusieurs années sur les marchés asiatiques via sa filiale CDA Management. Forte de son expérience de leader mondial dans le développement et l’exploitation de stations de ski (11 stations prestigieuses en France), CDA met son savoir-faire unique et son expertise à disposition des grands pays émergeants du ski, sous des formes de collaboration variées.

Au Japon, dans le cadre d’un partenariat signé avec le groupe Mac Earth (33 stations), CDA Management intervient régulièrement sur des actions d’optimisation de domaines skiables, de formation, d’assistance aux achats et d’approche marketing. Nous intervenons également dans plusieurs autres stations japonaises pour le compte de nos partenaires français, dans l’objectif de renouveler l’attractivité des stations de l’archipel.

Le groupe industriel MND conçoit, fabrique et installe des solutions afin de développer des sites de loisir et de sport d’hiver, ainsi que faciliter la mobilité grâce au transport par câble. MND est un groupe français qui connait une croissance annuelle organique à deux chiffres, et un fort succès à l’international où il réalise 2/3 de ses ventes. Ses quatre domaines d’expertise (enneigement, sécurité, loisir à sensation et transport par câble) sont présents en Asie. Le Groupe MND accompagne les sites de ski japonais dans leur redynamisation.

– La réalisation de remontées mécaniques pour des zones ludiques et de ski débutant au Japon. – L’équipement en matériel de sécurité pour les épreuves de coupe du monde de ski Alpin FIS, notamment à Naeba. – L’équipement de stations de ski avec des systèmes d’enneigement innovant et performant.

POMA, leader du transport par câble, propose des solutions de mobilité douce et durables sur les cinq continents. Depuis 80 ans, POMA innove et apporte son savoir-faire et sa maîtrise dans les domaines des transports urbains, de la neige, du tourisme, des sciences et de l’industrie. POMA réalise 77 % de son chiffre d’affaires à l’export (CA POMA 2016 : 343 M€).

Depuis les années 70, près de 200 téléportés ont été fabriqués sous licence POMA au Japon, deuxième parc de téléportés au monde. Et pour 2019 de nouveaux projets au positionnement Premium sont d’ores et déjà en commande.

Les actions de Cluster Montagne en Asie au cours du 1er semestre 2018

CHINE : ALPITEC CHINA 2018 – Du 24 au 27 janvier 2018

Alpitec China est le premier salon de l’Aménagement de la Montagne en Chine. 18 acteurs de la montagne française seront réunis autour du French Village du Cluster Montagne. Au programme : inauguration du pavillon, grande soirée France-Chine de la Montagne, intervention à l’Asian Pacific Ski Conference, visites des sites olympiques de Pékin 2022, dîners d’affaires…

JAPON : MISSION ETAT DES LIEUX – Du 31 janvier au 2 février 2018

Cette mission du Cluster Montagne va être l’occasion de rencontrer les principaux acteurs du marché et faire un état des lieux complet du développement du ski et des loisirs de nature au Japon.

COREE : PYEONCHANG 2018 – Du 10 au 17 février 2018

Lors des Jeux Olympiques de Pyeongchang, le Cluster Montagne rencontrera les délégations du monde entier en charge de l’organisation de grands évènements sportifs internationaux. L’occasion également d’accompagner et encourager la grande famille olympique française.

INDE : RENCONTRES FRANCO-INDIENNES DE LA MONTAGNE – Du 14 au 17 mai 2018

Les premières Rencontres Franco-Indiennes de la Montagne vont donner lieu à une rencontre inédite entre les principaux acteurs de la montagne française et indienne. La délégation du Cluster Montagne sera composée d’entreprises, de stations, de collectivités et d’associations françaises. Ces rencontres permettront de faire un état des lieux du développement de la montagne indienne et d’identifier des axes de collaboration avec la montagne française.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *